ferme connectée hauteur

Les fermes verticales

Il y a une constante dans les bâtiments construits aujourd’hui, la verticalité. De plus en plus de projets tendent à s’échapper vers le ciel plutôt qu’à s’étaler au sol, cela répond à un manque de place dans certaines zones urbaines et à un coût parfois élevé du m². Il en va de même pour les fermes connectés.

La hauteur comme leitmotiv

Les objets connectés s’immisce également dans la construction des fermes. Grâce aux capteurs et à la verticalité de l’édifice, la quantité des récoltes peut-être augmentée de façon tout à fait exceptionnelle. La croissance des plantes bénéficient de toutes les données récoltées sur elles pour améliorer le processus. Que ça soit pour les particuliers (jardinière connectée – Lilo ou Home Nature, ou encore Risebox) mais surtout pour les fermes professionnelles. la verticalité pour ces dernières a un avantage non négligeable qui est de gagner énormément de place et d’espace. Ce qui peut leur permettre de venir au plus prêt des villes. Pour au final raccourcir le temps d’acheminement des produits ainsi que diminuer les moyens.

Il y a deux types d’utilisation des fermes verticales qui sont complémentaires. La première repose sur une connexion interne, grâce à un système d’objets connectés qui analyse la qualité et l’humidité du sol, la luminosité, la température et la demande en engrais des plantes. Toutes ces données vont optimiser la croissance des plantes sans déployer de main d’oeuvre direct. Il est possible de recevoir des alertes pour savoir quand les récoltes sont arrivés à leur terme et donc sans surveillance « manuelle ». La connexion externe se base sur la relation continue entre l’offre (la ferme) et la demande (les restaurants, magasins …) afin de toujours avoir en production ce que recherche les entreprises et adapter les plantations pour avoir le moins de pertes possibles.

Un concept prometteur

Voici un exemple de ferme connectée verticale. Aux Etats-Unis, à Chicago, Green Sense Farms a baissée de 85% sa facture énergétique avec comme principe de n’utiliser aucun herbicide ou pesticide. Le résultat final est ahurissant car ils ont réussi à récolter 26 fois plus de laitue en un an. Cela fait forcément réfléchir et ce même si le concept n’est qu’expérimental. C’est un concept très intéressant qui pourrait faire bien des émules, même si ce type de ferme ne peut pas convenir à tous les types de plantations. Ces différents essais prouvent que ce nouveau type de production peut-être profitable et donc marcher sur le long terme et aider à nourrir la planète.

Sources :

Des fermes connectées tout en hauteur – Objetconnecté

Green sense farms

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *