Fitbit-New-Products-Image

Une initiative généreuse… mais avec arrière-pensée (2/2)

… suite et fin de l’article.

Pour retrouver la première partie, c’est par ici.

A retirer de ce cas

On ne peut pas comparer le système américain à notre système français mais il y a des enseignements à retirer de cette décision.

1er point.

Ce genre d’initiative peut se développer à l’avenir et est une porte d’entrée pour les créateurs d’objets intelligents à la mise en place d’IoT dans les entreprises. Forbes se pose même la question sur l’impact des relations B2B pour les start-ups dans leurs développements. Comme je le notais dans ce post, les prévisions annoncent que les entreprises seront le moteur numéro 1 de l’achat des objets connectés quand le marché sera établi.

2ème point.

Offrir des bracelets ou autres à ses employés est un bon coup de pub et cela peut renforcer la cohésion des salariés de l’entreprise.

3ème point.

De plus, et même si cela n’est pas fait par philanthropie, le bracelet est là afin d’améliorer la santé des employés. Si les employés sont en meilleure santé, moins d’absence, un meilleur moral. Un cercle vertueux peut se créer.

4ème point.

Cette démarche peut amener à des questionnements sur l’utilisation des données récupérées par l’entreprise. Le traitement des données personnelles des employés peut très bien servir à l’employeur pour moduler de possible bonus de fin d’année. Qui pourrait donc servir de point de pression sur le salarié. Prudence donc à ce que ces initiatives ne soient pas des manières dérobées pour surveiller les employés.

Par exemple en France un cas a vu le jour en 2014. AXA a proposé à certains de ses clients de leurs offrir de possible rabais  sur leurs assurances santé, contre la collecte de données personnelles par le biais d’objets connectés qui leurs avaient été remis.

C’est un cas qui en a amené d’autres. La Caisse d’Epargne et la BNP ont également lancé des offres se reposant sur les IoT.

Cela pose la question des hypothétiques utilisations faites par des entreprises des capteurs et objets connectés, notamment dans le secteur de l’assurance. Je reviendrai dans un ou plusieurs articles sur la place croissante des appareils connectés dans ce secteur.

Sources :

AXA conditionne un avantage santé à un objet connecté – Aruco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *